Anonyme [1652], LES ENTRETIENS IMPORTANS DE LA REYNE, AVEC LE CARDINAL MAZARIN. Sur le sujet de sa teste mise à cinquante mille escus. , françaisRéférence RIM : M0_1255. Cote locale : B_12_1.
page précédent(e)

page suivant(e)

-- 5 --

Roy present : ne vous arrestez point aux aduis qu’on vous
donne de quelque conspiration sur vostre personne, nul
ne l’entreprẽdra qu’à moins que ce soit quelque determiné
qui ne se soucirroit de sa vie, & que pour auoir vne somme
d’argent, il se mettroit au hazard d’estre tué, & de faire
le voyage de l’autre monde, s’il vous accostoit auec ce
mauuais dessein, ce que ie ne peux m’imaginer.

 

Mazarin, Madame, si i’ay les signes d’vn homme effrayé,
ce n’est point sans cause, puisque le grand nombre
d’ennemis conjurez contre moy croiroient auoir fait vn
sacrifice agreable à Dieu, en me faisant mourir comme
telle est leur intention, & dont le mauuais genie qui me
possede ne manquera de me conduire à ce malheur d’auoir
vne fin fort tragique, car ils iettent sur moy, & donnent
à mes meschans conseils,

Le Blocus de Paris en l’an 1649.

L’emprisonnement des Princes, l’an 1650.

L’entreprise de la guerre de Bordeaux.

La perfidie recogneüe à la reddition d’Angers.

Les impietez & sacrileges, bruslement & les ruines
espouuentable que nos troupes ont commises en
Champagne, Picardie, Guyenne, à Blois, en Sologne,
en Gastinois & en Brie.

La trahison faite par mes ordres en la ville de Paris.

Le combat au fauxbourg de sainct Anthoine, que ie
croyois auoir la suitte que ie me promettois au lieu de la
perte de plus de mille homme des gens du Roy qui y ont
esté tuez, esperant qu’apres la prise de ce fauxbourg, &
la deffaite des Princes, on mettroit entre mes mains la
Bastile & les places plus sortes de Paris, par le grand nombre
de personnes de toutes qualitez & conditions, qui me
deuoient liurer vne porte, par laquelle ie ferois entrer le
Roy auec vne puissante armée, & chastier tous ceux qui
me sont ennemis.



page précédent(e)

page suivant(e)