A. A. [1652], LETTRE D’VN MAISTRE IANSENISTE A VN BON PERE FVEILLANT, TOVCHANT VN SERMON celebre contre des Nuditez, & des Portraicts lascifs. , françaisRéférence RIM : Mx. Cote locale : B_10_19.
page précédent(e)

page suivant(e)

-- 9 --

ouurages de l’esprit sont plus parfaits, plus
agreables, & plus excellens que non pas
ceux du corps, il n’y a point de doute que
nostre imagination se peut former des objets
plus beaux & plus rares mille fois que
l’Art & la Nature n’en sçauroient produire,
& principalement quand elle veut s’esgayer,
& mettre vne partie de son souuerain
bien, où le corps a trouué tout le sien ;
& en ce cas elle seroit bien plus dangereuse
& bien plus coupable, que non pas
des portraits morts & insensibles, qui ne
peuuent faire d’impression que dans des
testes foibles & incapables de plaisirs plus
solides & plus releués. Ie ne puis croire
que vous cognoissiez aussi peu l’innocence
& l’vtilité de ces peintures, que vous
auez de peine de trouuer des raisons assez
fortes pour les condamner, & les descrier,
puis qu’il n’y a rien plus capable pour
nous representer nostre foiblesse, nostre
neant, & nostre vanité ; nous y voyons
le souuenir deplorable de nostre naissance,
nous y recognoissons l’estat de nostre
ruine & de nostre mort ; ils nous enseignent
& nous mettent tousiours deuant
les yeux au descouuert la fragilité
de nostre estre, la sotise de nostre orgueil,
la honte de nostre misere, & le crime de


page précédent(e)

page suivant(e)