Anonyme [1649], L’ASTROLOGVE BVRLESQVE. , françaisRéférence RIM : M0_429. Cote locale : C_2_11.
page précédent(e)

page suivant(e)

-- 10 --


Ne sont pas pour des idiots,
Le Curé de nostre Village
Ne parla iamais langage
Mais pourtant ie reconnois bien
Que vous nous promettez du bien.
Continuez vostre harangue,
Et Dieu benira vostre langue.

 

L’Astrologue.

 


Ie prendrois les choses plus loin,
Mais comme nostre plus grand soin
Est de sçauoir ce qui nous touche
I’ouuriray seulement la bouche.
Et vous feray voir clairement.
Le plus prochain euenement.
Ie vois Ganimed qui verse
Du vin tout nud à la renuerse,
Pour la bouche de Iupiter,
Que Baccus luy vient presenter.
Nous auons fort bonne vendange.
De plus ie vois Cerez qui range
Des espics le long des sillons,
Espais comme des bataillons,
C’est que nous aurons abondance.
De bleds & de toute semence.

 

Le Paysan.

 


Bonne nouuelle que cela,
Monsieur, il faut demeurer là
On m’attend à nostre Village,
Où ie vay dire au voisinage

page précédent(e)

page suivant(e)